menu

À la découverte de Chalencon

Plus d’une cinquantaine les visiteurs pouvaient être accueillis en Mairie autour d’une boisson, le Maire Alain Sallier présentait son village de 300 habitants, classé village de caractère, ayant connu un rayonnement avec la baronnie de Chalencon et marquant encore à ce jour ce territoire du Haut Vivarais . « les commerces de proximité, restaurants et les nombreuses activités proposées par les associations tant culturelles que touristiques, font de Chalencon un lieu apprécié des visiteurs » (cf dépliant Ardèche Buissonnière ».

À 10h Eliane Eyraud, multi-bénévole et guide fidèle, entrainait les participants à la découverte du village : entre les fenêtres à meneau, les poulies permettant d’engranger le foin aux greniers, l’énigme de la tour aux trois propriétaires, la chaise de Diane de Poitier, le public était transporté dans une autre époque, d’autant que Didier Picheral a rapporté sur la Place du Valla, avec beaucoup de précisions, la révolte passive de 1683, dit Combat de l’herbasse, la pyramide sur laquelle fut exposée en 1684 la tête d’Homel.

Dans le temple, Alain Massini a expliqué la construction des temples (le premier ayant été démoli en 1683), les tractations pour l’érection du 2é, inauguré en 1823 en présence de 11 pasteurs. Puis il présenta la chaire du désert, réalisée en pin, qui ne se démonte pas. Des recherches en sa datation sont en cours.

Après le pique-nique en plein air, Edith Roche parla des abjurations de 1685 à Chalencon.

Alain Massini enchaîna sur l’histoire de Jean Pierre Dortial dit Sparron qui se distingua dans le mouvement camisard de 1704. Il fit une comparaison entre le début de ce mouvement en 1702, et puis ses suites dans les Cévennes et les Boutières.

Jean Paul Augier, docteur en histoire contemporaine, fit un exposé sur la Mémoire Huguenote qu’il détailla en un premier temps en une mémoire sélective qui exhalte le passé glorieux - mais qui se veut non violente, puis une mémoire d’oubli avec la guerre 14-18. Aujourd’hui, on observe une résurgence avec le sauvetage des juifs pendant la dernière guerre, la création de musées, de sentiers huguenots…

Odette Autrand lut une complainte écrite à propos du Combat de l’Herbasse.

An son tour, Didier Picheral lut la généalogie des Chambaud, recueillie par Régine Ribeyre.

On se dispersait après 16h3